PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Intégration Alternative > Droits Economique, Social et Culturel (DESC) > "Préval est un marchand d’esclaves" scandent les étudiants

"Préval est un marchand d’esclaves" scandent les étudiants

mardi 7 juillet 2009

Depuis plus d’un mois les étudiants prennent presque de façon quotidienne les rues de Port-au-Prince. Un mouvement qui a trouvé sa source dans le mécontentement concernant des réformes universitaires a trouvé ampleur autour de la loi sur l’augmentation de 200 Gourdes.

Les étudiants se prononcent contre la proposition de 125 Gourdes du Président René Préval qui a fait objection à la loi voté par le Sénat le 5 mai dernier. Le vendredi 3 juillet non seulement les étudiants marchaient mais également des représentants de Batay Ouvriye, MODEP, SOFA et PAPDA.

Retrouvez notre reportage sonore et nos photos de cette manifestation qui s’est déroulé dans une bonne ambiance sans aucun incident.

Reportage sonore (9.43 - 4,4Mb - mp3 64kbps)

"La proposition de Préval n’a rien à voir avec la condition dans lesquelles vivent les ouvriers et les ouvrières, particulièrement les ouvrières de la sous-traitance" explique un étudiant. Camille Chalmers de la PAPDA estime que "le seuil de 200 Gds est le seul qu’on puisse accepter aujourd’hui, cela permettra de changer légèrement les conditions de misère et d’exploitation de la population."

Chalmers critique également le rapport de l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) qui, selon l’économiste, manipule les données et la vérité. "Ce rapport a beaucoup de problèmes au niveau de la logique et des calculs qui sont présentés. Notamment les chiffres des exportations du secteur de la sous-traitance ne correspondent même pas aux chiffres qui sont affichés par le ministère de commerce des États-Unis."

Pour Chalmers "les questions essentielles ne sont pas posées. Pourquoi les industriels qui se sont installés dans les années ’70 produisent aujourd’hui des T-shirts et des produits de bas de gamme qui apportent très peu de valeur ajoutée ? On n’explique pas pourquoi, malgré les 70 Gds qui sont le salaire le plus bas dans la région des Caraïbes et avec la présence de la loi HOPE depuis novembre 2006, il n’y a pas eu de création d’emploi dans ce pays."

Le Directeur Exécutif de la PAPDA explique que cela fait plusieurs mois que les parlementaires ont demandés pour les états de comptes des industries de la sous-traitance pour vérifier s’il y aurait réellement un problème avec les 200 Gds. "Jusqu’à présent cette demande n’as toujours pas été honorée." En plus, ajoute Chalmers, c’est une erreur de voir dans le secteur de la sous-traitance la réponse au problème du chômage.

.

Avec les étudiants et des acteurs de la société civile de base dans les rues de Port-au-Prince les ouvriers et ouvrières restent absent. Mais les étudiants ne se plaignent pas : "est-ce qu’il y a une possibilité pour ce que les ouvriers et ouvrières discutent et agissent en fonction de leur intérêt ? Déjà des ouvriers et ouvrières ont perdu leurs emplois pour avoir manifesté pour les 200 Gds."

.