PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Démocratie participative > Crises politiques > Note de solidarité PAPDA / Radio Caraïbes

Note de solidarité PAPDA / Radio Caraïbes

Port-au-Prince, le 1er avril 2011

lundi 4 avril 2011

NOTE DE SYMPATHIE ET DE SOUTIEN

Monsieur Patrick Moussignac

Président Directeur Général de Radio Télévision Caraïbes

En ses bureaux

Monsieur le Directeur,

La Plate-Forme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) a reçu avec stupéfaction la nouvelle des pressions et des menaces proférées par certains individus ou certains secteurs liés au processus électoral à l’encontre de la Station et des Journalistes de Radio-télé Caraïbes.

La PAPDA s’indigne et dénonce ce genre de comportements qui mettent à mal tous les acquis démocratiques, notamment la liberté d’expression et la liberté de la presse, cristallisés dans la Constitution haïtienne du 29 mars 1987 et que nous avons arrachés de haute lutte aux régimes dictatoriaux que notre pays a connus. Ces menaces représentent un net recul pour notre société engagée depuis longtemps sur le long et difficile chemin de la conquête des libertés. Elle invite les uns et les autres à la retenue.

Les organisations membres de la PAPDA tiennent à vous exprimer leurs profondes sympathies et leur sentiment de solidarité. La difficile conjoncture vécue par notre pays exige beaucoup de discernement pour alimenter la population avec des informations et des analyses pertinentes facilitant la sortie des pièges tendus par un processus électoral globalement antidémocratique dirigé d’une main de fer par les représentants des impérialistes.

La PAPDA tient à rappeler le rôle central que jouent Radio et télé Caraïbes dans l’information de la population haïtienne et la responsabilité que la radio que vous dirigez a assumée avec courage d’accompagner les luttes populaires pour la démocratie au cours des décennies précédentes.

Notre pays vit des moments difficiles d’occupation militaire. Les haïtiennes et les haïtiens n’ont eu aucune emprise ni stratégique ni technique ni financière sur ce processus électoral dominé de bout en bout par la MINUSTAH et les impérialismes de tous bords. Le processus électoral, boudé par la grande majorité de l’électorat (+/- 70% d’abstention sans compter les votes blancs), contrôlé de l’extérieur dans tous les aspects stratégiques (listes électorales, transport du matériel sensible, validation et comptabilisation des résultats), dominé par un vide total de propositions et de débats sur les questions prioritaires concernant l’avenir de la nation, ne saurait conduire qu’à l’accélération du processus de déstructuration institutionnelle et de régression économique et sociale de notre pays.

Il faut rappeler que la MINUSTAH, qui n’a jamais respecté ses engagements proclamés de protéger la population haïtienne, ne saurait devenir un allié de votre cause. En ce sens il convient de dénoncer vigoureusement le rôle actif des troupes d’occupation de la MINUSTAH qui constituent un élément central du processus de recolonisation de notre pays.

Nous appelons les instances concernées de la PNH et de notre système judiciaire à se mettre en mouvement afin de prévenir l’exécution des menaces annoncées contre la station et ses journalistes. Nous appelons les divers secteurs de la société à exercer des pressions en ce sens sur la PNH et les responsables du Parquet et de se préparer à mettre en place des brigades de vigilance citoyenne prêtes à accompagner la PNH dans leur travail de protection des équipements de la station et de la vie des valeureux journalistes de RTVC.

A toutes et à tous, la PAPDA rappelle que seul un peuple organisé et conscient des vrais enjeux de son avenir est appelé à progresser. L’effort à faire aujourd’hui n’est point ce genre de lutte stérile et fratricide mais l’engagement ferme d’une démarche de construction d’une autre société bannissant les inégalités de tout genre et toutes les formes d’exclusion maintenant le peuple dans des conditions de vie et d’ignorance inacceptables ; le choix à faire est celui d’un système politique où les citoyennes et les citoyens puissent participer aux décisions, contrôler les actions et révoquer les dirigeant/es qui s’écartent des règles qui seront collectivement établies.

Tout en vous souhaitant de poursuivre votre travail en toute indépendance, de continuer et de renforcer votre résistance, la PAPDA vous salue et vous encourage à renforcer votre détermination à mettre votre travail de journaliste au service des intérêts de la nation.

Vive la démocratie véritable, vive la liberté d’expression !

Salutations patriotiques

Camille Chalmers

Directeur exécutif