PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Intégration Alternative > Droits Economique, Social et Culturel (DESC) > Lancement officiel du Forum international- « quel financement pour quelle (...)

Lancement officiel du Forum international- « quel financement pour quelle reconstruction en Haïti ? ».

Port-au-Prince, 27. 04. 2010

jeudi 28 avril 2011

Lors d’une conférence de presse réalisée au local de la Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour le Développement Alternatif (PAPDA), le directeur Exécutif de la PAPDA Camille Chalmers et l’Economiste Argentin Jorge Marchini ont fait le point sur le forum international qui portera sur le thème : « quel financement pour quelle reconstruction en Haïti ». Ce Forum vise à produire des pistes et des orientations dans le cadre de la nécessaire redéfinition de l’architecture financière et économique du pays, de lancer un débat national et international sur la reconstruction du pays et de faire des propositions alternatives.

Selon M. Chalmers, l’orientation globale de la reconstruction du pays ne répond pas à une vision qui peut stimuler le développement. Le respect de la dignité du peuple haïtien est mis à mal par la vision dominante. Les acteurs haïtiens ne jouent pas un rôle central dans le processus de reconstruction, a-t-il ajouté.

M. Marchini, dans son intervention, a salué la solidarité de l’Amérique Latine en vers Haïti qui, d’après-lui, est le leitmotiv de sa participation à ce séminaire. Le coordinateur du SEPLA (Société Latino-Américaine d’Economie Politique) profite de l’occasion pour saluer les mouvements sociaux et l’histoire du pays qui est un cas exemplaire de résistance et une source d’apprentissage pour tous les Peuples.

En questionnent la situation du pays au regard de l’aide publique au développement, l’Economiste Argentin affirme : « Haïti est un pays de l’Amérique Latine. C’est un cas typique qui peut aider à repenser l’économie mondiale. La reconstruction nécessite un effort de définition du modèle d’organisation de l’économie à mettre en place. Repenser la reconstruction demande une rupture avec le néolibéralisme qui se base sur le libre-échange et le non-respect criant des peuples comme en témoigne la force d’occupation onusienne (MINUSTAH) », déclare-t-il.

D’après-lui, la reconstruction d’Haïti doit nécessairement passer par l’intégration économique dans une perspective de complémentarité existant dans les relations sud-sud tout en combattant les inégalités sociales. Il rappelle la crise très sévère que connait le système économique mondial. Crise qui est caractérisée par l’endettement et la mauvaise gestion financière.

Il est important d’ouvrir un débat national sur la reconstruction du pays. Ce débat donnera l’occasion de constater l’échec du système capitaliste et de mettre en branle la capacité des peuples à chercher des alternatives pour construire leur destin, a-t-il souligné.