PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Démocratie participative > Crises politiques > Forum populaire avec les etudiants sur la sécurité, la répression et la (...)

Forum populaire avec les etudiants sur la sécurité, la répression et la construction nationale

mercredi 16 novembre 2005, par Administrateur

Sur la question de la sécurité publique et la construction nationale, la PAPDA, le GARR, le RDP (Rasanbleman Demokratik Popilè) et les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines ont organise ne journée d’informations, de réflexions et de débats intitulee " Aba Lokipasyon !!

Mobilisation des forces sociales et populaires

Notre pays vit un moment particulièrement important et difficile de son histoire. Le Peuple haïtien après avoir obtenu le départ de Jean Bertrand Aristide du Pouvoir doit s’atteler à la difficile et incontournable tâche de construction nationale. La situation actuelle est le résultat d’un long processus de lutte et d’une mobilisation courageuse et exemplaire au cours de laquelle de nombreux secteurs ont payé un lourd tribut face aux forces déchaînées de la répression étatique. Le pourrissement du système de domination a conduit à l’absurdité d’une situation caractérisée par une rapide régression économique, par l’effondrement des Institutions, et les conséquences brutales de la violence des politiques néolibérales.

La situation actuelle annonce un processus de re-mobilisation des forces sociales et populaires de notre pays qui doivent se reconstituer comme acteurs et orienter le processus de transformation actuelle dans le sens des intérêts des couches majoritaires de la nation.

Nous vivons un moment de grâce qui exige du courage et de la lucidité. Le mouvement populaire haïtien traverse une étape difficile ; persécuté et déstructuré à la fois par la violence du coup d’État de septembre 1991, par la répétition des massacres perpétrés contre les organisations paysannes, atomisé par la corruption et les petits projets, dénaturé par la manipulation du pouvoir Lavalas qui a réussi à transformer une partie des organisations populaires de jadis en courroie de transmission de sa volonté despotique.

Dans le cadre du nouvel espace politique qui est en train de se constituer le mouvement populaire doit faire entendre sa voix en engageant des débats sérieux et responsables sur toutes les questions qui préoccupent nos concitoyens et concitoyennes et conditionnent le processus de transition. C’est en ce sens que la PAPDA, le GARR, le RDP (Rasanbleman Demokratik Popilè) et les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines s’associent à d’autres réseaux d’organisations pour proposer une journée d’informations, de réflexion et de débats sur la question de la sécurité publique et la construction nationale.

Les etudiants au premier plan

Les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines, victimes à maintes reprises des exactions des chimères Lavalas, ont joué un rôle de tout premier plan dans la re-mobilisation des forces sociales contre la dictature notamment dans la lutte héroïque contre la mise en veilleuse de l’autonomie universitaire que le régime Lavalas-Neptune a tenté d’imposer au cours de l’été 2002. Le 20 mars 2004 ramène d’ailleurs l’anniversaire d’une sauvage répression exercée contre les universitaires au cours d’une manifestation sur la voie publique. Les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines sont intéressés à participer à ces débats en fournissant leur contribution au processus de construction nationale.

Les artistes de la Troupe NOU ont présenté des pièces sans parole sur la répression, le meurtre et la division
Il est impératif que les divers secteurs de la nation puissent bénéficier d’un éclairage critique sur l’État haïtien, sa nature, ses appareils, son fonctionnement et ses rapports avec la population. En ce sens la réflexion sur les questions de sécurité implique une radiographie des dispositifs de répression mis en place en montrant la monstrueuse continuité entre les pratiques oppressives des FADH, des milices - macoutes, des groupes para-militaires style FHRAP, des mercenaires et des chimères. Nous analyserons les diverses faces de l’oppression et de l’insécurité structurelles pour les citoyens liés à la violence permanente des structures d’exploitation et d’exclusion. L’insécurité est directement liée à la violence de l’extrême polarisation des richesses. L’accumulation des armes ou la multiplication de corps spécialisés au sein de la Force Publique, le retour des FADH ne sauraient garantir dans le long terme la sécurité des citoyens. Le discours dominant a tendance à sombrer souvent dans le délire sécuritaire propre aux tenants de l’establishment des USA. La sécurité sera avant tout la résultante de nouveaux rapports sociaux et d’un autre modèle de développement.
Maude Duclair avec son talent habituel a entonné des chants de réconciliation

Contre la guerre

Le 20 Mars a été aussi choisi par les organisations et les réseaux de citoyens qui ont pris part au Forum Social Mondial de Bombay comme date mondiale de mobilisation contre la guerre en Irak et la remilitarisation des systèmes politiques amorcée depuis quelques années comme réponse à la crise du système capitaliste mondial.La perte de légitimité croissante des piliers du système actuel de domination, la financiarisation outrancière, la mort de l’idéologie du développement a conduit à la multiplication des conflits et le système capitaliste se replie sur la nudité de la violence et des crimes comme seule réponse à offrir à sa sénilité.

Le 20 mars des dizaines de millions de citoyens défileront dans le monde entier pour réaffirmer leur refus de la guerre et de la violence. Ils manifesteront aussi contre les diverses formes de domination des puissances impérialistes et réaffirmeront leur ferme volonté de construire un autre monde.

Plusieurs réseaux et organisations de notre pays - à travers notamment les efforts de coordination de la PAPDA - participent depuis de longues années à ces processus de convergence et ont décidé de lier les souffrances et la résistance de notre peuple à cette mobilisation citoyenne pour un autre monde.

Le Forum populaire du 20 mars sera aussi une occasion de dire non à la guerre en Irak, non à la domination de l’impérialisme, non à la militarisation, non aux politiques néolibérales appliquées par le régime lavalas, oui un autre monde est possible, une autre Haïti est possible. Non à l’occupation militaire de notre sol !! Oui à la construction nationale !! Une Haïti souveraine est possible !!

Objectifs

- Lancer un débat sérieux et responsable sur les questions nationales qui préoccupent aujourd’hui les citoyens et citoyennes
- Fournir un éclairage sur la nature de l’État haïtien afin de mieux réfléchir sur sa transformation
- Prendre de nouvelles initiatives visant à renforcer les acteurs nationaux dans leurs capacités d’analyse et de prise de décision
- Remobiliser les divers secteurs du mouvement populaire
- Connecter les luttes pour l’émancipation nationale et la construction démocratique avec les luttes menées par les réseaux mondiaux

Instances de convocation

Cette journée de réflexion et de mobilisation est convoquée par les étudiants de la Faculté des Sciences Humaines, le GARR, la PAPDA et le RDP. Nous invitons tous ceux et toutes celles qui sont intéressés à s’engager dans un travail sérieux sur la construction nationale à se joindre à nous.

Thèmes

Sécurité - Structures de répression - Nature de l’État dans les pays du Sud - Nature de l’État haïtien - Forces de la mort - Alternatives pour une sécurité citoyenne - Mobilisation contre l’occupation étrangère - Sécurité et construction nationale