PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Souveraineté alimentaire > Déclaration finale du Forum sur l’Agro écologie et la souveraineté (...)

Déclaration finale du Forum sur l’Agro écologie et la souveraineté alimentaire

jeudi 28 octobre 2021, par Ricot Jean Pierre

Port-au-Prince, le Samedi 16 Octobre 2021

Nous, ICKL, KJM, MPP, MPNKP, PAPDA, SOFA, Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen (TK), et toutes les autres organisations évoluant à travers le pays, ainsi que les dizaines d’autres à travers les plateformes intelligentes telles que ZOOM, en Haïti, en Europe, en Amérique Latine, les Caraïbes, en Amérique du Nord et l’Afrique, ayant pris part les 14, 15, 16 Octobre 2021, dans le cadre de la Journée Internationale des femmes rurales (15 Octobre), la Journée Mondiale de l’Alimentation (16 Octobre), au forum sur l’Agro écologie et la souveraineté alimentaire, saluons le courage et la détermination des paysans-nes qui travaillent sans relâche pour assurer la souveraineté alimentaire de nos peuples. Nous profitons du forum sur l’agro écologie et la souveraineté alimentaire pour dénoncer l’orientation du Sommet des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires mondiaux, réalisé à New York, le 23 septembre 2021 sous le contrôle des entreprises transnationales capitalistes de l’agrobusiness qui, tout compte fait, sont responsables de la situation de famine et de misère dans laquelle patauge la planète.

Nous dénonçons les politiques publiques dans le domaine de l’agriculture, de l’alimentation, les politiques économiques orientées vers les industries extractivistes, les accaparements de terres agricoles, les stratégies de violence, de la peur, appliquées par l’Etat haïtien depuis des décennies, et qui contribuent à la destruction des capacités productives du pays, en déstructurant toutes les bases de l’agriculture paysanne familiale agro écologique, détruisant l’environnement, renforçant les mécanismes de dépendance du pays par rapport aux produits importés, accentuant l’insécurité alimentaire, le chômage, tout en encourageant la migration externe au profit des grandes entreprises multinationales et leurs acolytes locaux.

Nous dénonçons et rejetons catégoriquement tous les Décrets scélérats, anti populaire, anti paysan pris par le régime PHTK visant à accélérer les accaparements de terre des paysans-nes au profit de la mafia nationale et internationale pour développer l’agrobusiness, l’exploitation minière, les zones franches industrielles, les zones franches touristiques et l’agrobusiness. L’implémentation de cette vision de l’économie coloniale contribue à l’exploitation et à la marginalisation des paysans-nes du pays comme à Prévoyance, à Savane Diane, Plaine de Maribahoux, Terrier-Rouge, dans le Nord-ouest, le Plateau Central, dans l’Artibonite, à Ile-à-Vache, la Côte des Arcadins, entre autres.

Nous croyons fermement que la gangstérisation du pays aujourd’hui participe d’une stratégie politique, et représente un outil au service de la bourgeoisie, les multinationales et le régime politique en place pour casser la résistance populaires contre les politiques économiques en application dans le pays, et empêcher aux masses populaires de continuer à influencer les dynamiques politiques. C’est en ce sens que nous, organisations signataires de cette déclaration, nous nous engageons à :

  1. Se rassembler pour la construction d’un mouvement social et populaire fort et articulé et définir des stratégies de lutte pour défendre l’agriculture paysanne familiale agro écologique afin de construire les bases réelles de la souveraineté alimentaire dans le pays ;
  2. Faire preuve de plus de détermination pour défendre les terres agricoles au profit des paysans-nes, l’eau, le modèle d’agriculture paysanne familiale agro écologique, l’environnement, contre l’exploitation des mines métalliques, l’implantation des zones franches industrielles, agroindustrielles et touristiques ;
  3. Faire preuve de détermination et lutter aux côtés des paysans-nes, des communautés contre tous les accaparements de terres agricoles, et toutes les menaces sur la souveraineté alimentaire du pays. Nous nous opposons et nous opposerons aujourd’hui et toujours contre ces projets de la mort ;
  4. Monter et réaliser une campagne nationale de formation, de sensibilisation et de conscientisation sur le modèle d’agriculture paysanne familiale agro écologique et la consommation des produits locaux à tous les niveaux : gastronomie, vêtement, logement, divertissements, musique, danse et tout autre élément caractéristique de la culture et des traditions du peuple haïtien ;
  5. Travailler à l’établissement de stratégies de production, de transformation, de commercialisation des produits agricoles provenant du milieu rural, à travers une stratégie d’économie sociale et solidaire, tout en développant des mécanismes de contrôle des réseaux de transport et de distribution ;
  6. Défendre les semences locales (créoles) et plaider pour des investissements pouvant répondre aux défis confrontés par les paysans-nes dans le renforcement de l’agriculture paysanne familiale agro écologique.
  7. Valoriser les contributions historiques et contemporaines de l’économie familiale paysanne et défendre les revendications des classes exploitées, marginalisées dans le cadre des luttes émancipatrices des classes populaires ;
  8. Participer à la diffusion et la réflexion autour de la « Déclaration des Nations-Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales », adoptée à la fin de l’année 2018, après plusieurs décennies de lutte des mouvements paysans mondiaux, tel la Via Campesina ;
  9. Construire un Front politique de gauche dans l’optique de la déconstruction de ce modèle d’Etat et de gouvernance, afin de construire un Etat Haïtien souverain capable de réaliser une vraie réforme agraire intégrale et populaire dont l’objectif principal sera d’assurer la souveraineté alimentaire du pays ;
  10. Plaider pour une politique d’aménagement du territoire accordant la priorité au développement de l’agriculture paysanne familiale agro écologique ;
  11. Construire des outils organisationnels, structurels, créer des alliances pour faire le monitoring et bloquer toutes décisions au niveau national et international qui sont susceptibles d’avoir des impacts sur les conditions de vie de la population haïtienne ;
  12. Construire de larges alliances, développer des articulations et des synergies avec tous les réseaux internationaux anticapitalistes en respectant les grandes orientations définies par la CLOC -Via Campesina, le mouvement social ALBA , Jubilé Sud Amériques (JSA), Assemblée des Peuples de la Caraïbe (APC) ;
  13. Lutter sans répit pour l’élaboration et la mise en oeuvre de politique publique visant à refaire l’environnement du pays, dévasté par plus de cinq (5) siècles de pillage colonial et néocolonial ;
  14. Continuer à s’opposer et à lutter contre les politiques de libéralisation commerciale et toute forme de politiques néolibérales promues et imposées au pays par le FMI et toute autre institution contrôlée par l’impérialisme. Bloquer à travers nos luttes tout projet d’inspiration néolibérale ;
  15. Promouvoir et défendre l’expérience de la Ferme-Ecole agro écologique féministe conduite par la SOFA à Savane Diane, tout en renforçant nos luttes pour l’annulation de l’Arrêté scélérat du 8 Février 2021, pris par le Gouvernement de facto, illégal de l’ancien président Jovenel Moïse, octroyant à un entrepreneur antinational plus de 8,600 hectares de terres pour l’établissement d’une zone franche d’exportation ;
  16. Prioriser la question de l’Education pour développer un système d’éducation alternatif liée à l’histoire, la culture et notre identité de peuple ;
  17. Participer à toutes les luttes pour l’émancipation du pays pour arriver à la construction d’un système qui priorise la vie en lieu et place du profit capitaliste ;
  18. Monter, à travers tout le pays, des structures locales pour défendre l’agriculture paysanne familiale agro écologique, tout en insistant sur la réalisation d’espaces de débat, de forum, des séances de formation pour renforcer les capacités des communautés en lutte contre les projets d’agrobusiness, d’exploitation des mines métalliques, l’implantation des zones franches industrielles, touristiques, etc.

Contre les produits alimentaires importés !
Contre la dépendance alimentaire !
Contre les politiques néolibérales, sources d’insécurité alimentaire, de misère, de désespoir !
Contre les accaparements de terre au profit des grandons et des entreprises transnationales !
Contre toute exploitation des mines métalliques !
Pour une agriculture paysanne familiale agro écologique !
Vive les luttes des femmes paysannes, moteurs de l’économie paysanne !
Vive la mobilisation paysanne et populaire en faveur de la réforme agraire intégrale et populaire
Vive la Souveraineté alimentaire du pays !
Vive la contribution du mouvement paysan dans la libération d’Haïti,
vers la construction de notre 2ème indépendance !

Pour authentification :

Camille CHALMERS
PAPDA

Sharma AURELIEN
SOFA

Chavannes JEAN-BAPTISTE
MPP / MPNKP

Organisations signataires

Département du Nord

AFLIDEPA-J, Nirva PIERRE
MOPP, Wadson DESIR
MPNKP, Christophe TALÉUS
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Benjamin PIERRE

Département du Nord-est
KPSKBM, Antoinéus Guillaume JOSAPHAT
MPNKP, Alta PROPHETE
UCOPCANE, Jarcaunave SAINT-FLEUR

Département du Nord-ouest
KJM, Ribins MAURICETTE
KOPBB - TK, Nènel DAVID
MPNKP, Pradel DOSSOUS
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Maumiste DIROGENE

Département de l’Artibonite
LAKAY, Jean Noë DESTRA
MORELIM, Donald NOELSAINT
MPNKP, Viljean LOUIS
MPP, Cassandra SAINT-ANGE
ODISMA, Pierre Wilton DESTINÉ
SOFA, Mergina FLEURIMAT
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Romain METAYER

Département du Centre
MPP, Chavannes JEAN-BAPTISTE

Département du Sud
MP3K, Sophonie RENÉ
OLAJEKA, Vilio ESPERANCE

Département du Sud-est
RACIDEB, Jean Charles Jean EVRARD

Département de la Grand-Anse
KPGA, Frantzlet INNOCENT
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Louis D. LIGÈNE

Département des Nippes
KPN, Francoeur PIERRE
MPNKP, Daniel SANON
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Claidnord BLANC

Département de l’Ouest
Antèn Ouvriye, Robenson LUBIN
Batay Ouvriye, Didier DOMINIQUE
Brigad Desalin, Ricardo CABANO
CERREMEN, Mackenda DELIASSE
COEH, Colette LESPINASSE
CRAD, William THELUSMOND
CRICASTRO, Wismanie PERRIN
Dantò, Christella CASIMIR
Fondasyon Bain, Marie-Florence FRANCOIS
GAFE, David TILUS
GARR, Stenley Orbrath DORISCAR
Gwoupman Kole Zepòl / MPP, Woodly DORLEANS
ICKL, Marc-Arthur FILS-AIME
KAYLA, Islande SEAC
KJM, Peterson DEROLUS
KONBIT, Guy NUMA
MAB, Lovely NORVILUS
MPNKP, Jose Fabiola LOSANA
MPP, Kettly ALEXANDRE
PAPDA, Camille CHALMERS
SAKS, Osny AGENOR
Sant Pon, Ilfodotte VALCOURT
Sèk Goman, Nobert BEDOUBY
Sèk Gramsci, Kervens CHERY
SOFA, Sharma AURELIEN
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen, Origène LOUIS
UNNOH, Josué MERILIEN

Téléchargez les versions PDF (créole et français) ici :