PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Souveraineté alimentaire > Déclaration finale de l’Atelier alternatif sur les systèmes (...)

Déclaration finale de l’Atelier alternatif sur les systèmes alimentaires en Haïti

mercredi 11 août 2021, par Ricot Jean Pierre

En ce jour du Vendredi 6 Août 2021, l’Institut Culturel Karl Lévèque (ICKL) et la Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA), de concert avec les organisations membres et partenaires, ont réalisé un atelier de réflexion et d’échanges sur les systèmes alimentaires. L’atelier visait 2 objectifs :

-  Réfléchir sur les vrais enjeux du sommet mondial des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires qui aura lieu cette année, dans l’optique de réaliser une analyse sur les politiques publiques anti-paysannes en application en Haïti et les conséquences potentielles des décisions de ce sommet sur les luttes pour la souveraineté alimentaire ;
-  Lancer les travaux de préparation en Haïti d’un forum national alternatif sur la base des revendications des paysans-nes haïtiens-nes, contre le sommet des Nations-Unies.

Au cours de cet atelier, nous avons analysé les systèmes alimentaires mondiaux, comme un des moteurs du système capitaliste ; analysé les relations agraires à l’intérieur de la paysannerie ; écouté la position de la Coordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire (CNSA) dans le cadre de la préparation de la participation du Gouvernement haïtien au sommet des Nations-Unies ; apprécié les présentations sur le rôle central des femmes, particulièrement des femmes paysannes, dans la construction de la souveraineté alimentaire ; écouté les perspectives des organisations paysannes et leurs propositions par rapport à la lutte en faveur de l’agriculture paysanne familiale agro écologique.

Les débats en plénière ont permis aux participants-tes de constater :
1- que le système capitaliste ne peut en aucune façon apporter une réponse au problème de la faim qui tend à s’aggraver de plus en plus en dépit du fait que le monde produit assez de nourriture pour bien nourrir la planète ;

2- que le fonctionnement du système économique mondial engendre encore plus d’inégalités, d’injustice, de famine, tout en aggravant la crise climatique ;

3- qu’en Haïti environ 5 millions d’individus vivent en insécurité alimentaire, résultat de la domination impérialiste, de choix politiques qui aggravent encore plus les crises. Ces politiques favorisent les grandons (grands propriétaires terriens) et les négociants du bord-de-mer (la bourgeoisie rétrograde) qui détruisent toutes les bases de l’agriculture paysanne familiale, contre les intérêts du pays ;

4- que le pays dispose des capacités de production et des connaissances suffisantes pour apporter les réponses appropriées au problème de l’insécurité alimentaire dans le cadre d’une perspective de reconstruction nationale ;

5- durant les dernières décennies une accélération de l’application des politiques anti-paysannes qui encouragent la dépendance alimentaire, promeuvent l’agrobusiness, favorisent les accaparements violents des terres agricoles au profit des entreprises capitalistes pour approvisionner les entreprises transnationales ;

6- que le sommet mondial des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires se prépare et sera réalisé à l’intérieur d’un agenda et au profit des intérêts des entreprises transnationales ; que ce sommet tend à renforcer le pouvoir du capitalisme sur l’agriculture, la production alimentaire, tout en favorisant un modèle de consommation irresponsable mettant en péril l’existence de la planète.

Nous dénonçons les orientations du sommet des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires. Nous dénonçons l’application des politiques néolibérales en Haïti qui enveniment les crises alimentaires et la pauvreté, qui détruisent les capacités productives, renforcent la dépendance économique et alimentaire, favorisent l’augmentation du taux de chômage, encouragent l’émigration, accélère le pillage des ressources naturelles et le drainage des ressources financières à partir des mécanismes de la dette externe au profit d’un petit groupe de rapace et leurs acolytes au niveau local. Nous dénonçons la gouvernance et les politiques appliquées par le régime PHTK (Parti Haïtien Tèt Kale ) et ses alliés de la Communauté internationale qui aggravent la crise multidimensionnelle caractérisée, entre autres, par une logique de violence vers la destruction de la vie en Haïti.

Nous dénonçons les accaparements violents des terres des paysans-nes à travers le pays (notamment dans les localités et régions de Prévoyance, Savane Diane, Plaine de Maribahoux, Terrier-Rouge, Nord-Ouest, Artibonite, etc.) pour favoriser le développement de l’agrobusiness, l’exploitation des ressources minières et ainsi renforcer le système d’exploitation et de marginalisation de la paysannerie haïtienne ;

Nous dénonçons et rejetons
TOUS les Décrets et autres dispositions scélérats pris par le régime PHTK, en particulier le Décret du 8 Février 2021 octroyant à des éléments de la bourgeoisie antinationale les terres de Savane Diane pour continuer la destruction des bases de l’agriculture paysanne familiale et tout l’écosystème de la zone et des régions avoisinantes qui, jusqu’alors protège la vie et le travail des paysans, des femmes paysannes.

Nous dénonçons les accaparements des terres et les persécutions auxquelles font face les paysans-nes de la colonie agricole de Prévoyance (et d’autres régions du pays) de la part d’autorités politiques, judiciaires et policières.

Nous, 48 organisations de tous les secteurs de la vie nationale, provenant des 10 Départements du pays, toutes les personnalités ayant pris part à cet atelier, nous nous engageons à :

1- continuer ces réflexions dans tout le pays à travers les réseaux et mouvements partenaires ;

2- travailler sans relâche à la préparation du sommet alternatif sur la Souveraineté alimentaire et la défense de l’agriculture paysanne familiale agro écologique qui aura lieu les 15, 16, 17 Octobre 2021. En ce sens, nous avons décidé de préparer et d’orienter ce forum dans la dynamique de dénonciation du sommet des Nations-Unies sur les systèmes alimentaires, pour réfléchir sur les problèmes de l’insécurité alimentaire dans le pays, pour définir des stratégies de lutte et de plaidoyer visant la défense de l’agriculture paysanne familiale agro écologique, définir les voies et moyens pour arriver à la souveraineté alimentaire, et construire de nouveaux rapports de force au niveau social et politique qui doivent impérativement nous mener à la victoire finale. Nous ne pourrons jamais arriver à garantir la souveraineté alimentaire sans un combat visant à construire en même temps la souveraineté politique du pays.

3- continuer à dénoncer et rejeter le sommet des Nations-Unies dont les objectifs sont orientés dans le sens d’un renforcement des politiques néolibérales et le pouvoir des transnationales qui alimentent le « marché de la faim » et propagent les déchets chimiques qui détruisent toutes les conditions nécessaires à la reproduction de la vie sur la planète. Tout cela à l’intérieur d’un modèle favorisant l’exploitation des ressources naturelles et la marchandisation des services publics. Nous avons décidé de prendre part à toute mobilisation nationale ou mondiale visant à dénoncer et rejeter le sommet des Nations-Unies, tout en adoptant les lignes de bataille et les orientations édictées par la CLOC et la Via Campesina.

4- diffuser et mener des réflexions sur la Déclaration des droits des paysans-nes et autres travailleurs-ses en milieu rural adoptée par les Nations-Unies au cours de l’année 2018, suite à des années de luttes des mouvements paysans mondiaux, en particulier la Via Campesina.

5- Promouvoir la production nationale et valoriser toute la contribution historique et contemporaine de l’économie familiale paysanne, tout en défendant les revendications des classes exploitées.

6- défendre de toutes nos forces l’expérience agro écologique féministe mise en place par la SOFA à Savane Diane, tout en renforçant notre lutte pour exiger l’annulation du Décret du 8 février 2021 pris par le Président de facto Jovenel Moïse octroyant plus de 8600 hectares de terres agricoles à un entrepreneur pour l’installation d’une zone franche pour l’exportation.

7- accompagner les paysans-nes, ainsi que toutes les communautés à travers le pays en lutte contre les accaparements des terres agricoles pour l’installation de zones franches, l’agrobusiness, l’exploitation minière entre autres.

8- prioriser l’éducation, particulièrement l’éducation à la citoyenneté, dans notre travail, en insistant sur la construction d’un système éducatif lié à notre histoire, notre culture et notre identité de peuple.

9- renforcer nos luttes pour la transformation du pays dans la construction d’un nouveau système qui promeut la vie avant le profit capitaliste.

Contre les aliments importés !
Contre la dépendance alimentaire !
Contre les accaparements de terre en faveur d’un petit groupe
de grandons (grands propriétaires terriens), d’entreprises transnationales !
Contre l’exploitation des mines métalliques !
Pour une agriculture paysanne familiale agro écologique !
Vive la mobilisation paysanne et populaire pour une Réforme agraire intégrale !
Pour la Souveraineté alimentaire !
Vive la contribution des mouvements paysans dans la lutte pour la libération nationale vers la construction de la 2ème Indépendance du pays !

Port-au-Prince, le 06 Août 2021

Pour authentification :

Marc-Arthur FILS-AIME
Directeur Général ICKL
+509 3760-0043

Camille CHALMERS
Directeur Exécutif PAPDA
+509 3837-1899

Organisations signataires :

NORD
AFLIDEPA-J, Limonade
AKEP, Limonade
Batay Ouvriye
MODOD
MOPP, Plaisance

NORD-OUEST
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen (TK)

NORD-EST
KPSKBM, Ferrier (Maribahoux)
TK
UCOPCANE
MOPDES, Prévoyance (Savane-au-Lait)

SUD
OLAJEKA (Corail-Henry)

SUD-EST
R-VEDEK, Cayes-Jacmel
RACIDEB, Bainet

CENTRE
MPP, Papaye
MRCPBB

ARTIBONITE
SOFA, Saint-Michel de l’Attalaye
LAKAY

GRAND-ANSE
KPGA

NIPPES
TK, Baradères

OUEST
FSPA
Sèk Gramsci
Sèk Goman
REFRAKKA
CNOHA
Radyo Rezistans
KAYLA
KATAN
RASIN KAN PEP
IDEH, Petit-Goave
CAV-Haïti, Petit-Goave
SAJ-VEYE YO
Tèt Kole Ti Peyizan Ayisyen (TK)
SOFA
SAKS
KONBIT
MOPEGHAF
ROB, Belle-Fontaine
Antèn Ouvriye
Ayiti Idantite (AI)
CIDEV
ICKL

NATIONAL
PAPDA
UNNOH
POHDH
BATAY OUVRIYE

Télechargez ici la version française de la Déclaration en PDF

Télécharger ici la version créole de la Déclaration

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.