PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Solidarité internationale > PAPDA & FSM > Bamako : Satisfaction par rapport à une rencontre ’’afrocentrique

Bamako : Satisfaction par rapport à une rencontre ’’afrocentrique’’

lundi 30 janvier 2006, par Administrateur

La première phase du Forum social mondial (FSM), qui a pris fin lundi dans la capitale malienne, Bamako, a créé un centre d’intérêt pour sur des questions ’’afrocentriques’’ qui étaient absentes des forums précédents, a déclaré le coordonnateur Mamadou Goita.

’’L’africanisation des questions n’était pas délibérée. Il s’est simplement trouvé que c’est la première fois que nous avions une majorité d’Africains qui prennent part à un FSM.

Il y avait généralement moins de 100 ONG (organisations non gouvernementales) africaines à tous les autres FSM. C’était trop cher pour la plupart des Africains de se rendre à Porto Alegre ou à Mumbai’’, a-t-il dit à IPS.

Cette année, les choses ont été différentes. ’’Nous avons eu plus de 300 personnes venues des zones rurales du Mali seul, alors que 8.000 autres sont arrivées des pays voisins. Toutes ont pris part au forum et enrichi les discussions. Cela ne s’est jamais produit auparavant’’, a affirmé Goita.

(A la conférence de presse finale du FSM de Bamako, les organisateurs ont chiffré provisoirement le nombre total de participants au forum entre 15.000 et 20.000 délégués).

La ville brésilienne de Porto Alegre a le plus souvent abrité le FSM, qui a commencé en 2001. Alors que le forum s’est déplacé dans la ville côtière indienne de Mumbai en 2004, le FSM de Bamako marque la première organisation de la rencontre en Afrique.

Dans une autre innovation par rapport au précédent, le FSM 2006 se tient dans pas moins de trois endroits : de Bamako, le forum va directement dans la capitale vénézuélienne, Caracas - et plus tard dans la capitale économique du Pakistan, Karachi.

Selon Goita, au nombre des questions importantes pour l’Afrique qui ont été débattues, figurent la mutilation génitale de la femme, le mariage précoce et l’analphabétisme au sein des filles. De même, une place cruciale a été accordée à l’occupation continue du Sahara occidental par le Maroc, comme l’a été la situation dans des régions en proie au conflit comme la République démocratique du Congo et le Soudan.

Un forum de la jeunesse, organisé au Stade Modibo Keita, a donné aux jeunes gens et jeunes femmes l’opportunité d’échanger avec des aînés du village et d’autres ’’citoyens plus âgés’’ sur des questions qui affectent leurs vies, y compris le chômage, l’immigration et l’éducation.

Ajoutant une touche novatrice aux débats, le forum social mondial du Mali a organisé une course de solidarité de 15 kilomètres pour mettre en exergue la commercialisation du sport, avec des sportifs et sportives, notamment d’Afrique, actuellement ’’vendus’’ sur le marché international.

’’Un autre sport est possible, pas celui où des gens sont achetés et vendus comme des marchandises. Nous devrions avoir des sports où les gens sont traités avec dignité et où la joie du jeu reste intacte. Cela ne doit pas devenir juste une autre transaction commerciale’’, a déclaré Goita. Le slogan du FSM est : ’’Un autre monde est possible’’.

Ces événements et discussions n’étaient que quelques-unes des 800 activités et plus qui se sont déroulées sur plusieurs sites. Cet énorme exploit d’organisation a été facilité par une contribution d’environ 280.000 dollars du gouvernement malien - l’un des plus pauvres au monde - et son offre d’ouvrir certaines de ses infrastructures comme les salles de conférence, le musée national et des bibliothèques aux manifestations.

Il y avait toutefois certaines choses qui ont connu des ratés : l’hébergement et les installations sanitaires étaient en nombre insuffisant, et — lorsqu’on pouvait en trouver — étaient parfois inadaptés.

Les participants étaient également confrontés à d’autres sortes de défis. Chele Degruccio de la Fédération luthérienne mondiale au Kenya, a dit qu’elle a eu du mal à participer aux sessions parce que soit les gens ne se présentaient pas aux rencontres soit ils venaient en retard, au moment où elle devait partir pour d’autres sessions.

Miodrag Shrestha de Serbie et de Monténégro a indiqué qu’il avait plus de chance avec les manifestations, mais que la traduction n’était pas à la hauteur. Les sessions étaient supposées être traduites en français, en anglais, en portugais et dans la langue locale, le bambara.

Mais Margaret Da Costa d’un groupe de défense des droits de l’Homme en Angola était optimiste. Son hébergement n’était pas à la hauteur de ses attentes (sa chambre n’avait pas d’eau) et elle ne pouvait pas suivre la plupart des sessions parce qu’il y a eu très peu de traduction en portugais ; elle s’est également égarée en essayant de retrouver des bâtiments. Malgré cela, elle a déclaré que c’était ’’fantastique’’ qu’un pays pauvre comme le Mali ait pu abriter un événement mondial avec succès.

’’Les gens discutent et constituent des réseaux, c’est ce qui est important - non pas nos petits problèmes personnels causés par la participation à une conférence dans un pays ayant de sérieuses contraintes’’, a-t-elle dit à IPS.

A la conférence de presse du lundi, Wahu Kaara — un membre du comité d’organisation du FSM 2007, qui se tiendra à Nairobi — a déclaré que ce type d’enthousiasme sera déterminant pour le succès des efforts du Kenya pour abriter le forum.

’’La préoccupation fondamentale du Forum social mondial est de mobiliser des gens pour faire une déclaration...selon laquelle nous avons besoin d’un autre monde’’, a-t-elle dit à IPS.

’’Le fait que des gens aient pu se rencontrer à Bamako et que des dialogues aient eu lieu, constitue, en lui-même, une manifestation concrète de ce que sont la vision et la mission du Forum social mondial’’.

IPS