PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

Accueil > Intégration Alternative > Droits Economique, Social et Culturel (DESC) > Appel à la mobilisation à l’occasion du deuxième anniversaire de la (...)

Appel à la mobilisation à l’occasion du deuxième anniversaire de la catastrophe du 12 janvier 2010

mercredi 11 janvier 2012

Le Kolekti Oganizasyon kap defann dwa lojman lance un appel à la mobilisation à l’occasion du deuxième anniversaire de la catastrophe du 12 janvier 2010 qui a ravagé plusieurs régions de notre pays.
Le Collectif qui comprend les organisations et réseaux suivants : Batay Ouvriye, DOP, FRAKKA, GARR, PAPDA, POHDH propose deux activités centrales :

• Une conférence débats aura lieu à l’auditorium de la Faculté d’ethnologie le 11 janvier à partir de de 2hpm et

• Une marche pacifique qui aura lieu à Port-au-Prince, le 12 à partir de 7h30 am

Au cours d’une conférence de presse réalisée au local de la Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA), les membres de la coalition ont expliqué les objectifs poursuivis de même que le parcours de la marche. Elle commencera à Ste Marie pour aboutir au Fort national. Les participants de la marche se recueilleront sur divers sites dans lesquels ont été ensevelies de nombreux compatriotes. Les sites choisis sont les suivants : Ste Marie, Université de Port-au-Prince, Lalue, (FLA) Faculté de Linguistique Appliquée, SOFA (Solidarite Fanm Ayisyèn), ENS (Ecole Normale Supérieure), ENI (École Nationale des Infirmières), FDS (Faculté des Sciences), Palais de justice, DGI (Direction Générale des Impôts), Fort National.

Des messages de circonstance tenant compte de la signification des lieux choisis seront délivrés à chacun des arrêts de la marche.

Sanon Reyneld, Secrétaire exécutif de FRAKKA et porte-parole du Collectif a précisé les principaux objectifs de ces activités :

a) Rendre hommage aux victimes et prendre de la dimension des responsabilités reposant sur les survivants pour construire un nouveau pays

b) accomplir un devoir de mémoire pour ne pas oublier, pour réfléchir sur les causes de la catastrophe

c) réfléchir sur les alternatives que nous devons construire en nous inspirant des nombreuses leçons de cette douloureuse expérience

d) dénoncer les fausses solutions adoptées par les forces dominantes et l’absence de priorités accorde aux victimes du séisme en particulier les 500.000 personnes qui vivent encore sous les tentes

e) dénoncer le jeu pervers des impérialistes et des institutions qui sont à leur service qui rentabilise la crise humanitaire de notre au profit d’ autres agendas de domination et d’exploitation.

f) Dénoncer la répression, l’exclusion et les violations des droits humains notamment à travers les expulsions forcées des habitants des camps de réfugiés

g) impulser une dynamique de réflexion, de propositions et d’ engagement vers la construction d’ une alternative démocratique populaire

M. Sanon rappelle aux autorités que les personnes qui sont logées dans les camps sont des victimes d’une catastrophe qu’ils ne sont pas responsables. Ses droits sont garantis par des traitées internationales sur le droit des migrants que le pays a signé et la loi trace les procédures à suivre pour déloger ses personnes. Il est inacceptable et intolérable que ces gens subissent des menaces de la part des autorités qui doivent être le garant de l’application de ces lois a-t-il martelé.

Quand au rôle de la Commission Intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH) donc ses actions se sont soldes par un échec complet, le Collectif demande à l’Etat haïtien de rapatrier cette structure qui, selon lui, est au service des impérialismes. Avec la CIRH la question du logement ne sera pas résolue puisque sa présence et son mode de fonctionnement affaiblit l’Etat et ses institutions en faisant référence à l’ EPPLS (Entreprise Publique de Promotion des Logements Sociaux) a-t-il fait savoir.

La PAPDA vous invite à participer massivement à ces activités. Nous vous attendons en foule le jeudi 12 à partir de 7h30 à Ste marie. Nous ne devons pas trahir nos 300.000 frères et sœurs qui ont péri à cette tragédie et nous devons défendre plus que jamais la souveraineté et la dignité de notre pays notamment en construisant un meilleur avenir pour les générations futures.